Je ne vous en ai pas encore parlé, mais en plus de mes activités récréatives habituelles (provided by Les Mills), je pratique depuis quelques temps le HIIT.

Kezaco le HIIT ? C’est une séance de gym dans laquelle on mixe divers ateliers : pompes, corde à sauter, abdos, sac de frappe, TRX, Vipr, etc etc… le tout sur un rythme hyper soutenu (30 secondes d’exercices / 10 secondes pour changer d’exo).

Bref, on se met le feu.

Le High intensity Interval Training que ça s’appelle en vrai. Je ne rentrera pas ici (mais plus tard oui) dans le détail des bénéfices et autres effets sur le corps, mais je peux vous dire que c’est hyper physique et que on ressort de la séance comme après un tour de machine à laver, le tout en moins de 45 minutes (généralement à 35 minutes : I’m done).

La séance se déroule de la façon suivante :

1 – monter et descendre d’un step en position (très haute) (30 sec)

2 – squats sur le bossu (le bossu est le plateau en équilibre sur un demi ballon) (30 sec)

3 – gainage en planche (30 sec)

4 – squats sautés ou squats sur une jambe au TRX (le trx est un ensemble de sangles suspendues au plafond) (30 sec)

5 – tirages dos avec le Viper (une buche en plastique de 12kg) (30 sec)

5 – kicks dans le sac de frappe (30 sec)

7 – pas du patineur avec Vipr 12 kg (30 sec)

8 – pompes (30 sec)

Ca, c’est le shéma de base.

De temps en temps, on ajoute des burpees, juste histoire de se fatiguer un peu plus … Et comme on est des warriorEs, on a compté le nombre de rep de certains exercices pour challenger avec les garçons :

- tirages dos 12 kg : 54 reps en 30 sec

- kicks : 50 reps en 30 sec

- patineur : 48 rep en 30 sec

Inutile de vous le préciser, mais avec tout ça, le coeur monte très vite très haut et on sue des litres. On sort de la séance avec un shot d’endomorphine qui nous fait planer un bon moment ;-D, mais aussi avec une condition  physique d’enfer.

On brûle tout ce qu’il y a à brûler et la combustion se poursuit même après l’entrainement. On est dans de l’interval training de haute intensité, on brûle du gras et on fait du muscle, et on se fait un mental d’enfer.

Les autres disciplines cardio deviennent beaucoup plus accessibles et les disciplines musculaires se recentrent vraiment sur le muscle car le cardio n’est plus du tout un problème.

Attention tout de même : le HIIT, même si vous trouverez toujours un prof pour vous dire le contraire, n’est pas adapté aux débutants. C’est dur, c’est exigeant et ça fatigue le corps.

Lors de mes premières séances, je sentais très nettement que je piochais bien dans mes réserves et que j’étais à la limite, alors que ma condition physique était déjà bonne.

Si on baisse en intensité pour rendre la séance accessible, on passe à coté du concept un peu « hard core ». Autant aller se faire plaisir dans un autre cours et revenir dans  3 ou 6 mois quand on sera plus affûté.

Je vous laisse avec une illustration des différentes formes de HIIT qui, en plus de donner des idées d’entrainement, est plutôt une jolie réussite graphique (trouvée sur http://itsfitnessbaby.com)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !